Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business

|-  LOISIRS

||-  Infos

|||-  

Tout ce que vous voulez savoir sur Windows 7 !!!

 

1 utilisateur anonyme et 50 utilisateurs inconnus
Ajouter une réponse
 

 
Page photos
 
     
Vider la liste des messages à citer
 
 Page :
1
Auteur
 Sujet :

Tout ce que vous voulez savoir sur Windows 7 !!!

Prévenir les modérateurs en cas d'abus 
JBARBE
jbarbe
Débutant confirmé (de 1 000 à 4 999 messages postés)
  1. Posté le 21/10/2009 à 13:51:19  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Bonjour, :hello:

 Les 7 péchés capitaux :

 La colère
 Aux débuts de Vista, des jurons ont fusé et des souris ont volé. Deux raisons principales: des périphériques non reconnus, et des anciens programmes non compatibles.
 Windows 7 rencontre globalement beaucoup moins de soucis. Sur un portable âgé de 2 ans et sur un PC de bureau de 2006, après 30 minutes d'une installation sans accroc, aucun point d'exclamation jaune ou rouge dans le gestionnaire des périphériques, des enceintes à la carte réseau. Côté programmes, aucun souci majeur rencontré –hormis le logiciel mail Foxmail notablement plus lent et quelques bug avec OpenOffice. En cas de vrai problème de compatibilité – surtout pour les petites entreprises – Windows 7 embarque un XP mode dans ses versions Ultimate et Professionnelle. A noter également qu'en un mois d'utilisation, pas un seul fameux « blue screen of death » (écran bleu qui arrivait en cas de gros plantage, surtout jusqu'à XP).
 Verdict: Leçon (en partie) tirée. A confirmer cependant par des millions d'utilisateurs.

 
 La paresse
 Vista s'est fait épingler pour des temps de boot (démarrage) et de fermeture interminables –très variables selon les machines.
 Si les avis penchaient vers une amélioration lors de la bêta de Win7, le refrain semble avoir changé pour un quasi statu-quo sur la version finale, selon des tests poussés de PcWorld. A l'usage, Win7 souffre du même problème que ses prédécesseurs: une dégradation notoire avec le temps. De 45 secondes (entre la mise sous tension et un bureau utilisable) à ses débuts sur notre machine de test à 1'15 en après un mois d'utilisation. Sur une même machine (équipée de boot camp), Mac OS X Snow Leopard performe globalement mieux, selon des tests de Cnet. PcWorld relève également des délais parfois parfois bien plus long que sous Vista pour lancer des programmes comme Photoshop.
 Verdict: Tire toujours un peu au flanc.

 La gourmandise
 La sortie de Vista a donné lieu à une cacophonie avec des labels « Vista ready » (pour les machines capable de faire tourner une version basique, dépourvue des effets graphiques Aero) et « Vista premium ready » (pour la totale). Malgré ces précautions, beaucoup d'utilisateurs s'étaient retrouvés avec des machines un peu juste pour faire tourner un système mal optimisé.
 Windows 7 s'entête avec une multitude de versions, mais cette fois-ci, Microsoft n'en a clairement mis en avant que deux pour le grand public (la familiale premium et l'ultimate). Il donne l'impression d'être globalement plus réactif et l'expérience avec 2 Go de RAM et un processeur 1,7 Ghz est plaisante.
 Verdict: Du mieux.
 
 
 L’orgueil
 Vista avait eu droit à un lancement royal (feu d'artifice en France, spots en prime time avec Flavie Flament).
 Pour Win7, Microsoft joue un angle différent avec des « house parties » organisées un peu partout dans le monde autour de la convivialité (les participants sélectionnés ont reçu des Windows gratuits et même des ballons pour une fête réussie).
 Verdict: Les chevilles désenflent.

 
 L’avarice
 Vista Ultimate, en version boîte coutait à sa sortie un bras et une jambe: 570 euros.
 Pour son nouveau bébé, Microsoft a fait un geste pour les early adopters, avec des prix cassés (de 49 à 109 euros) pour une réservation effectuée avant le 14 août dernier. Jusqu'en janvier, des promotions pour les étudiants pourraient proposer Windows 7 à 30 euros –Microsoft n'a pas encore confirmé l'information.
 Verdict: Pas encore aussi abordable que la politique tarifaire d'Apple (et encore moins de Linux), mais des progrès.
 
 
 La luxure
 Certes, Vista introduisait pas mal d'effets de transparence et un flip des fenêtres en pseudo 3D (touche Windows enfoncée + tab). Mais l'interface utilisateur restait encore un cran en-deçà de Mac OS X ou de celle de Linux Ubuntu.
 Windows 7 conserve globalement la même apparence que Vista, hormis la barre des tâches transformée en un deck proche de l'univers Mac. Elle intègre quelques fonctions aussi pratiques qu'esthétiques: en passant la souris sur une application ouverte, on en a un aperçu miniature –y compris des onglets Internet, ce qui gagne un temps fou pour retrouver ses petits. Plus anecdotique, secouer une fenêtre permet de chasser les autres.
 Verdict: Un bon ensemble, et l'orgasme n'est parfois pas loin.
 
 
 L'envie
 Pour toutes les raisons énumérées ci-dessus, Vista provoquait la raillerie plutôt que la jalousie. Il n'avait pas ce « X factor », ce pouvoir de séduction capable de fédérer.
 Windows 7 n'a pas forcément de quoi réussir à faire changer d'avis les pro-Macs. En revanche, il pourrait bien réconcilier les « Pici » avec Microsoft.
 Verdict: Un sex appeal indéniable.
 
 Conclusion: Windows 7 étant basé sur l'architecture de Vista, il n'est pas surprenant de le voir commettre une partie des mêmes péchés. Mais globalement, on se trouve très loin de l'enfer!

 Windows 7 est-il plus sécurisé que ses prédécesseurs?
 Globalement, oui. « Microsoft a fait du bon boulot dans sa conception », estime David Perry, de Trend Micro. « Avant, il fallait vraiment s'y connaître pour paramétrer le système afin d'être bien protégé. Avec Windows 7, tout est relativement abordable. » Mais selon lui, il faudra du temps, à mesure que le parc de machines sous Windows 7 grandira et que les « criminels » s'y intéresseront, avant d'avoir un avis plus définitif. Zulfikar Ramzan, de Symantec, rappelle qu'un tel système, c'est des « millions de lignes de code ». Il y a donc forcément des failles, bouchées au fur et à mesure. Rien que mardi, Microsoft a publié des patches pour en corriger 27, selon David Perry.

 Le User Account Control (UAC) sollicite moins l'utilisateur pour lui demander s'il est vraiment vraiment vraiment sûr de vouloir autoriser telle ou telle action. Bonne ou mauvaise chose?
 Plutôt positif, pour Pierre-Marc Bureau, de Eset. « Dans Windows Vista, les sollicitations étaient tellement intempestives qu'elles avaient l'effet inverse de celui escompté: les utilisateurs finissaient par être exaspérés et cliquer oui tout le temps ». Microsoft a donc opté pour un mode davantage « sous-marin ».

 Avec Windows Security Essentials, Microsoft offre en téléchargement un antimalware gratuit. Inquiétant pour les antivirus payants?
 Microsoft comme les fabricants d'antivirus chantent ensemble le refrain « nous ne sommes pas vraiment concurrents ». De fait, peu de réglages avancés sont disponibles. Mais après un mois d'utilisation de Windows 7 uniquement protégé par WSE et le firewall Windows, le logiciel semble faire le boulot. A confirmer une fois que davantage de menaces existeront.

 Un système plus sûr = un utilisateur plus en sécurité?
 Pas vraiment. Les trois experts sont tous d'accord, la menace principale aujourd'hui, ce ne sont plus les classiques virus qui ciblent une faille du système d'exploitation. Pour David Perry, la vraie plaie « ce sont surtout des applications web en ajax, javascript, flash etc qui ciblent des failles des programmes installés ou des plugins du navigateur –type lecteur PDF ou quicktime ». Mais tous le soulignent avec force, le plus grand risque pour l'utilisateur est... l'utilisateur lui-même. Il y a encore beaucoup d'éducation à faire pour que les gens ne tombent pas dans le panneau du phishing et qu'ils ne cliquent pas n'importe où, note Pierre-Marc Bureau. Selon David Perry, il faut également « un arsenal judiciaire plus répressif contre les criminels », et une « meilleur protection dans le nuage d'Internet, et pas que du côté utilisateur ».

 Il n'y a pas de virus sur Mac OS X: mythe ou réalité?
 Réalité... si l'on parle de virus au sens strict du terme, capables de s'autorépliquer, lâchés en pleine nature et ayant infecté des machines. La raison? Le micro-noyau et le système de fichiers Unix sur lequel Mac OS X est construit rend la tâche plus complexe, « mais pas impossible », selon Pierre-Marc Bureau. En revanche, Zulfikar Ramzan le rappelle, on trouve des chevaux de Troie et des vers sous Mac, et leur mise au point est « aussi simple ». S'ils sont moins répandus (le plus grand botnet dans le monde PC/Windows compte au moins 5 millions de machines, contre 7.000 dans l'univers Mac, selon David Perry), c'est avant tout « une affaire de parts de marché ». Les trois experts sont au diapason: développer un virus/vers à grande échelle coûte de l'argent. Ils ciblent donc à 100% les PC sous Windows (qui constituent plus de 90% du marché). Si les parts de marché d'Apple venaient à augmenter dramatiquement, les choses pourraient changer.


 Un peu de vocabulaire

 Malware (pour malicious software): c'est le terme le plus générique, qui englobe toutes les menaces dont le but est de causer du tort au système ou à l'utilisateur. Un chiffre: il y a 20 ans, il y avait 250.000 nouvelles menaces par an. Aujourd'hui, c'est plutôt par semaine.

 Virus: un type de programme qui nécessite une action de l'utilisateur pour ensuite infecter le système. Capable de s'autorépliquer.

 Vers informatique: du code qui se propage de manière autonome sur un réseau et exploite des failles du système ou des logiciels. Ne nécessite pas d'action de l'utilisateur. Si un système n'est pas à jour, le simple fait d'être connecté à Internet peut suffire à être contaminé.

 Cheval de Troie: logiciel malveillant souvent masqué dans un programme d'apparence légitime, dont la principe fonction est d'ouvrir une porte dérobée permettant à l'attaquant de prendre le contrôle de la machine infectée.

 Botnet: Un réseau de machines « zombies » infectées par un vers et contrôlé par des criminels, souvent loué au plus offrant pour envoyer du spam ou réaliser de l'espionnage industriel ou gouvernemental.

 Phishing: technique d'ingénierie sociale qui vise à tromper l'utilisateur en lui faisant rentrer des informations personnelles, sur un site similaire à celui qu'il croit visiter (banque, email, réseau social etc).


 :jap:

danielp60
Débutant confirmé (de 1 000 à 4 999 messages postés)
  1. Posté le 25/10/2009 à 18:53:31  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Bonjour,

 Je viens de me rendre compte, à la lecture de votre sujet que le "mensonge" n'est pas un péché capital. Donc Microsoft peut être absous pour ses très (trop) nombreux mensonges.

 le dernier mensonge en date concerne Internet Explorer.

 Microsoft avait proposé d'inclure un "ballot screen" dans la procédure d'installation de W7 afin de choisir son navigateur mais il n'y en a pas la moindre ébauche du soupçon de l'amorce de cette possibilité :

 http://www.01net.com/editorial [...] s-windows/

 Mais en plus il y a encore de nombreuses adhérence de Windows7 à Internet Explorer.

 Microsoft se serait-il moqué de la Communauté Européenne ? Il faut dire que la-dite CEE n'a pas été très agressive. Alors mensonge ou simple retard ? De toute façon le péché est absous par les papistes.

 D.



---------------
De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus sympathiques sont ceux qui se taisent.
(Publicité)
 Page :
1

Aller à :
 

Sujets relatifs
Windows 8 & Windows RT Scoop : Paragon, prets pour Windows 9
Besoin de votre aide si vous le voulez bien ! ATTENTION à la pub: "Réparer Windows"
trouver une formation windows avancée Quel Windows as-tu déjà utilisé avant Windows XP et Vista ?
[forum] pourquoi [s]Windows[/s] et les autres?  
Plus de sujets relatifs à : Tout ce que vous voulez savoir sur Windows 7 !!!

Les 5 sujets de discussion précédents Nombre de réponses Dernier message
Curieux slogan : 3
les numéros non surtaxés 3
Qui est au 43ème? 8
merci pour vos reponses , page d'accueil 1
Recherche de sites de jeux-concours. 2