Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
 

1 utilisateur anonyme et 135 utilisateurs inconnus
Ajouter une réponse
 

 
Page photos
 
     
  Aller à la page :
Vider la liste des messages à citer
 
 Page :
1  10  20  30  40  41  42
Dernière Page
Page Suivante
Page Précédente
Première Page
Auteur
 Sujet :

[Livre]*Vos livres*

Prévenir les modérateurs en cas d'abus 
in vino véritas
siam33
Débutant confirmé (de 1 000 à 4 999 messages postés)
  1. Posté le 29/08/2010 à 17:44:24  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Reprise du message précédent :
 

bobarmarcel a écrit :

http://image.evene.fr/img/livr [...] 096192.jpg




 après les "piliers de la terre" ken follett poursuit sa saga au cœur du moyen-âge. malheureusement la sauce ne prend pas. les personnages n'ont pas la même prestance, les intrigues prennent le pas sur l'art de la construction et le roman n'est plus qu'une pâle copie du précédent. :/  
 




 Merci Bobar de déconseiller aussi ce qu'on a pu lire et qu'on n'a pas apprécié.
 ;)

Marcel m'harcèle
  1. homepage
bobarmarcel
Assidu (de 10 000 à 19 999 messages postés)
  1. Posté le 29/08/2010 à 20:11:58  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

siam33 a écrit :

 


 merci bobar de déconseiller aussi ce qu'on a pu lire et qu'on n'a pas apprécié.
 ;)


 




 Je ne déconseille pas. Chacun son avis. Cai est juste le mien. Si qq veut le lire, qu'il le fasse  ;)


 http://multimedia.fnac.com/mul​timedia/images_produits/Grande​s110/7/9/6/9782221111697.gif



 « Je t’emmènerai dans un endroit secret où les livres ne meurent jamais et où personne ne peut les détruire… »

 



Barcelone, années 1920. David Martin, dix-sept ans, travaille au journal La Voz de la Industria. Son existence bascule un soir de crise au journal : il faut trouver de toute urgence un remplaçant au feuilletoniste dominical. Sur les conseils de Pedro Vidal, chroniqueur à ses heures, David est choisi. Son feuilleton rencontre un immense succès et, pour la première fois, David est payé pour ce qu'il aime le plus au monde : écrire.
 En plein succès, David accepte l’offre de deux éditeurs peu scrupuleux : produire à un rythme effréné des feuilletons sous pseudonyme. Mais après quelques années, à bout de force, David va renoncer. Ses éditeurs lui accordent alors neuf mois pour écrire son propre roman. Celui-ci, boudé par la critique et sabordé par les éditeurs, est un échec. David est d'autant plus désespéré que la jeune fille dont il est amoureux depuis toujours - et à laquelle le livre est secrètement dédié - va épouser Pedro Vidal.
 Son ami libraire, Sempere, choisit ce moment pour l’emmener au Cimetière des livres oubliés, où David dépose le sien. Puis arrive une offre extraordinaire : un éditeur parisien, Corelli, lui propose, moyennant cent mille francs, une fortune, de créer une texte fondateur, sorte de nouvelle Bible, « une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d’être tués, d’offrir leur âme ».
 Du jour où il accepte ce contrat, une étrange mécanique du meurtre se met en place autour de David. En vendant sa liberté d’écrivain, aurait-il vendu son âme au diable ? Épouvanté et fasciné, David se lance dans une enquête sur ce curieux éditeur, dont les pouvoirs semblent transcender le temps et l’espace.




 J'ai le même avis que cette critique lue sur un autre forum:

 



Réactualisant le mythe de Faust, Zafon reprend les ingrédients de la recette à succès de L’OMBRE DU VENT , il y rajoute une forte pincée de fantastique, de gothique, de gore et nous sert un plat qui s’il ne manque pas de piquant , est bien pesant . Je me suis laissée embarquer sans déplaisir dans la première moitié du récit et plus j’ai avancé dans la lecture , plus le roman m’a semblé indigeste et décevant . Si Zafan possède une grande aisance d’écriture, il use trop souvent de son talent pour tirer à la ligne , notamment dans les descriptions qui finissent pas toutes se ressembler tant la dose de glauque est lourde . Le style ampoulé qu’il adopte rappelle , certes, celui des feuilletons à la mode à la fin du 19e siècle, mais le lecteur moderne n’y est plus guère habitué .

 Autant la lecture de L’OMBRE DU VENT m’avait semblé jubilatoire (cf ma critique) car pimentée par une bonne dose d’humour et basée sur une intrigue à rebondissements bien ficelée qui satisfaisait la curiosité du lecteur , autant celle du JEU DE L’ANGE m’a laissée sur ma faim .




 S'appuyer sur le succès d'un premier roman quand on a pas grand chose à dire, finit toujours par se voir  ;)




(Publicité)
in vino véritas
siam33
Débutant confirmé (de 1 000 à 4 999 messages postés)
  1. Posté le 29/08/2010 à 21:57:45  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Tu chipotes, là , Bobar !! :o

3yass
Débutant confirmé (de 1 000 à 4 999 messages postés)
  1. Posté le 30/08/2010 à 00:01:41  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
http://img840.imageshack.us/im​g840/8455/lucbossi.jpg


 :hello: Le célèbre voyage de Freud , Jung et Ferenczi a New York génère beaucoup d'imagination .
 Les trois personnages de renom , vont avoir a interprété les causes complexes d'une série de meurtres en appliquant la psychanalyse.

 En effet, Grace la fille du célèbre architecte August Korda est présente lors du meurtre de son père, mais celle -ci souffre depuis l'enfance de trouble divers . A l'arrivé de la police , elle est devenu amnésique .
 Et la , dans un espace puissant de notoriété , de richesses et d'éthique . L'inspecteur chargé de l'enquète va avoir de grosse difficulté pour découvrir la vérité .Tout au long du livre, Bossi a fait quelque recherche afin de nous apprendre , avec des descriptions , des informations ,  comment cette ville c'est construite et pourquoi la bataille des sommets de Manhattan est devenue un jeu de milliardaire .
 J’ai trouvé ce livre agréable , notamment sur ces lignes d'humour, mais l'intrigue est assez faible à mon goût , les rebondissements trop rapides.
 Si vous avez quelque notion de psychanalyse , alors vous résoudrez son histoire très rapidement .....trop vite sans doute .

 Sur le même thème et oui les ressorts de la psychanalyse ne sont sont pas épuisés dans les thrillers , j'ai passé un super moment avec l'interprétation des meurtres de Jed Rubenfeld .


 http://img830.imageshack.us/im​g830/4194/tmbinterpretation.jp​g



 4éme de couv

 1909. Sigmund Freud, accompagné de ses disciples Ferenczi et Jung, débarque à New York pour donner une série de conférences sur la psychanalyse et, selon ses propres mots, apporter la peste sur le continent américain. Au même moment, une jeune femme de la bonne société new-yorkaise est retrouvée étranglée après avoir été sauvagement torturée. Freud, fatigué, malade, en butte à l’hostilité de l’intelligentsia locale, se retrouve malgré lui impliqué dans l’enquête que mène l’inspecteur Littlemore. Le résultat : un thriller historique à l’intrigue impeccable. Jed Rubenfeld nous livre un polar freudien dans le New York des premiers gratte-ciel, des bas-fonds de Chinatown aux hôtels particuliers de Grammercy Park .


 Il y a un vrai travail de recherche dans ce livre , les informations tant sur les techniques de cure , que sur les applications sont excellente.
 Si Rubenfeld , nous montre avec beaucoup de justesse la haute société qui régnait a cette époque sur New york . C'est surtout les difficultés que la psychanalyse eu pour démontré sa valeur aux USA .Le rythme du bouquin est correct . Les rebondissements déroutant dans un décor ,  lumineux et saisissant . Vous y trouverez aussi de superbes descriptions techniques , une dose de résistance entre le père Freud et Jung .
 Pour finir , les aficionados de Freud , trouverons des similitudes avec un de ces cas étudié et un personnage du Roman .
















---------------
Je n’y peux rien, J'aime l’éphémère. mon blog
  1. homepage
loloxxbr
Habitué (de 5 000 à 9 999 messages postés)
  1. Posté le 30/08/2010 à 20:02:54  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
51B8TFC3GD​L._AA115_

 Lucia Etxebarria : Amour, Prozac et autres curiosités

  Résumé

 Trois soeurs aux personnalités si différentes qu'elles ne parviennent plus à communiquer.
 Elles ont de 24 à 32 ans dans l'Espagne de l'après-Movida : Christina, la plus jeune, serveuse dans un bar branché de Madrid, carbure à l'extasy et dévore les hommes. Rosa, directrice financière, marche au Prozac et ne touche plus aux hommes depuis bien longtemps. Ana, l'aînée, mère de famille, mélange amphétamines et somnifères et décide de divorcer. Chacune arrive dans une période charnière où tout bascule, s'effondre.


 J'ai lu ici ou là que c'était un roman drôle, plein d'humour. Tu parles ! C'est un roman qui rape 1a gorge à chaque goulée. Les seuls rires qu'il arrache sont plus des ricanements concédés pour ne pas pleurer. C'est une plongée désenchantée, violente mais pas désespérée dans les vies de trois soeurs qui se sont trompées de voie et de voix, qui ont suivi la pente qu'elles croyaient naturelle. Un roman puissant et sincère.


---------------
Poor people are gonna rise up - and get their share Poor people are gonna rise up - and take what's theirs (Tracy Chapman)
(Publicité)
Marcel m'harcèle
  1. homepage
bobarmarcel
Assidu (de 10 000 à 19 999 messages postés)
  1. Posté le 30/08/2010 à 20:38:47  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
41MJ33vGet​L._SS500_

 



La critique
 par Mikaël Demets

 Stupeur sur la côte groenlandaise : le gouvernement danois a décidé de fermer toutes les stations qu'elle y entretenait. Pour toute la joyeuse population dont Jørn Riel nous raconte les aventures depuis maintenant dix volumes, c'est la fin du rêve. Chassés de l'Eden, Museau, Mortensen, Lasselille, Bjørken et leurs acolytes rivalisent d'idées farfelues pour repousser l'échéance ou, au moins, trouver un nouveau point de chute. Si l'humour de Riel est toujours là, nourri d'absurde, de fantastique et d'ironie, ce recueil se fait plus émouvant. Plus nostalgique. A travers ces huit racontars, chacun axé sur un personnage, l'écrivain danois fait admirer la richesse de son ton, d'une grande universalité : capable de séduire les plus jeunes, ses contes groenlandais prennent chez les plus grands une épaisseur étonnante, comme autant de petites paraboles philosophiques, très perspicaces sur le genre humain, emplies de sagesse et d'humanisme. L'intrusion d'un onirisme toujours surprenant, qui rappelle le réalisme magique des Latino-Américains que l'on croyait pourtant maîtres de la tragicomédie, donne au texte un éclat lumineux. Avec un art consommé de la comédie humaine, Jørn Riel passe sans effort d'un ton à l'autre, donnant à chaque récit une couleur différente. Entre rêve et réalité, l'écrivain explorateur sait rendre son univers à la fois dépaysant et étrangement familier. Le lecteur redevient alors un enfant, s'endormant le sourire aux lèvres, la tête pleine d'histoires merveilleuses.




 A lire de rire  :bien:

3yass
Débutant confirmé (de 1 000 à 4 999 messages postés)
  1. Posté le 30/08/2010 à 23:11:14  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Irvin Yalom est né à Washington en 1931 de parents russes. Docteur en médecine depuis 1956 et professeur émérite de psychiatrie à Stanford depuis 1994, il a mené de front une double carrière de psychiatre et d’animateur de thérapies de groupe.

 Je ne sais pas quoi vous dire , tellement j'ai été impressionné par la puissance de son humanisme .
 Et je ne doute pas qu'il devienne un auteur culte tant son savoir , son expérience sur les thérapies existentielles est mûre.
 Mais il n'y a pas que de ça ,  son talent d'écrivain  provient d'une culture énorme , cet homme est un voyageur des souffrances de l'ame . Par ces écrits , il nous amène très souvent a nous interrogé sur différent sujet , qui sont au coeur de notre existence comme , l'amour , la haine , la passion , la mort ....
 Après avoir lu , tout ses livres . je crois qu'il ne faut pas passé a coté cet auteur , comme de ces  deux romans .


 http://img576.imageshack.us/im​g576/2351/yalomapprendrebandea​ucr.jpg


 Apprendre à mourir
 La méthode Schopenhauer

 Q du livre  :D

 « Les sermons sur la vie et sur la mort, Julius les connaissait aussi bien que n’importe qui. Il était d’accord avec les stoïciens, pour qui “dès notre naissance, nous commençons à mourir”, et avec Épicure, qui disait : “La mort n’est rien pour nous, car, quand nous sommes, la mort n’est pas là et, quand la mort est là, nous ne sommes plus.” En tant que médecin et psychiatre, il avait susurré ces mêmes paroles de consolation aux oreilles des mourants.
 Bien que convaincu que ces sombres réflexions fussent utiles à ses patients, jamais il n’avait envisagé qu’elles pussent le concerner lui. Et ce, jusqu’à ce moment terrible, quatre semaines plus tôt, qui fit basculer sa vie. »

 Quand Julius Hertzfeld, un célèbre psychothérapeute de San Francisco, apprend qu'il n'en a plus que pour quelques mois à vivre, que fait-il ? Il contacte l'un de ses anciens patients, l’arrogant Philip Slate, accro au sexe, le grand échec de sa carrière, devenu depuis psychothérapeute. Au centre de cette relation : Schopenhauer.
 Cette plongée dans l’univers de la thérapie de groupe, menée de main de maître par Irvin D. Yalom, l’un des plus grands spécialistes contemporains de la question, nous fait voyager dans le temps, dans l’espace, mais surtout au plus profond de l’âme humaine.
 


 Un cours magistrale de philo , transformée en une partie d'échec où le choix  des actes ,  va donner lieu à des échanges spectaculaires. Cette histoire est comme un pavé de boeuf au morille , après quelque coup de fourchette , on va jusqu'à faire la vaisselle au pain .


 http://img836.imageshack.us/im​g836/2682/yalomnietzscheklimt7​2dp.jpg


 Et Nietzsche a pleuré


 « Docteur Breuer, Je dois absolument vous voir pour une affaire urgente. L’avenir de la philosophie allemande est en jeu. Voyons-nous demain matin, à neuf heures, au Café Sorrento. Lou Salomé. »

 Venise, 1882. La belle et impétueuse Lou Salomé somme le Dr Breuer de rencontrer Friedrich Nietzsche. Encore inconnu du grand public, le philosophe traverse une crise profonde due à ses relations orageuses avec Lou Salomé et à l’échec de leur ménage à trois avec Paul Rée.

 Friedrich Nietzsche ou le désespoir d’un philosophe. Le Dr Breuer, l’un des fondateurs de la psychanalyse. Un pacte secret, orchestré par Lou Salomé, sous le regard du jeune Sigmund Freud. Tout est là pour une magistrale partie d’échecs entre un patient extraordinaire et son talentueux médecin. Mais qui est le maître ? Qui est l’élève ? Qui soigne qui ?

 Et c’est à une nouvelle naissance de la psychanalyse, intense, drôle et machiavélique que nous convie Irvin Yalom. Un roman inédit à découvrir absolument.
 


 Dans le genre roman psychanalytique, que j'aime beaucoup . Là, c'est un coup de maître.
 Encore une fois , c'est un roman parfaitement construit . L'histoire est passionnante si l'on aime la philo et la psychanalyse . Si vous n'aimez pas alors passé a coter . Vous allez vous faire chié tout le long , car il s'agit bien , d'une bataille intellectuelle ou beaucoup de sujets vont se poser sur la table des conversations .









---------------
Je n’y peux rien, J'aime l’éphémère. mon blog
  1. homepage
loloxxbr
Habitué (de 5 000 à 9 999 messages postés)
  1. Posté le 07/09/2010 à 18:42:15  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
51ADJ1JRMA​L._AA115_

 Fredrik Skagen : Black-out

  Résumé

 Un homme sort d'un pub et se retrouve dans la rue. Seul. D'autant plus isolé et perdu qu'il ne se souvient de rien. Il voit les passants, lit les enseignes, devine plus qu'il ne sait qu'elles sont en anglais. Mais il ne parvient pas à se souvenir où il se trouve. Il pressent qu'il vient de boire une bière dans un pub - lequel ? - et qu'il y attendait une femme partie faire une course - sa femme ?
 Il ne sait plus rien, plus qui il est. Le complet blackout.
 Aussi va-t-il feindre, s'inventer une identité et une vie, croiser des agents secrets, se lier à eux. Dés lors, l'engrenage est inéluctable.
 Pendant ce temps-là, sa femme car il a bien une femme - part à sa recherche, contacte la police. Qui ressort une histoire de meurtre. Qui l'a commis ? Lui ? Sa disparition en fait décidément le coupable idéal. Vraiment ?


 J'ai eu quelques difficultés à rentrer puis à rester dans ce roman au rythme indolent qui parvient à être à la fois invraisemblable et prévisible. Quelques passages sympas pourtant qui n'effacent pas un sentiment d'inutilité.


---------------
Poor people are gonna rise up - and get their share Poor people are gonna rise up - and take what's theirs (Tracy Chapman)
(Publicité)
3yass
Débutant confirmé (de 1 000 à 4 999 messages postés)
  1. Posté le 07/09/2010 à 22:46:14  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
http://img243.imageshack.us/im​g243/1367/kureishi.jpg

 Jamal, psychanalyste d’une cinquantaine d’années, connaît un certain succès. Suivant le rythme de ses consultations, professionnelles et amicales, sa vie est marquée par la régularité et l’écoute. Cette sérénité apparente masque néanmoins de nombreux tourments personnels. Jamal n’a rien oublié de son enfance dans la banlieue des années 1970, d’un premier amour dont il n’a pas fait le deuil, et d’un événement tragique qui continue à le hanter… Tout vacille lorsque deux témoins d’un passé longtemps refoulé ressurgissent dans sa vie…
 Hanif Kureishi restitue avec brio la liberté, l’euphorie et les luttes sociales qui ont marqué l’Angleterre pendant quarante ans. Il donne vie à des personnages magnifiques qui cherchent à donner un sens à leur existence chaotique .




 Quelque chose à te dire est un roman bien rempli . l'auteur me laisse l'impression de s'être lâché sans retenu et son histoire , témoigne d'une bonne expérience de la vie .
 Le contraste social est bouleversant, voir explosif . Son coté sexe drugs and rock and roll , ne m'a pas déplu . A lire tranquille


---------------
Je n’y peux rien, J'aime l’éphémère. mon blog
3yass
Débutant confirmé (de 1 000 à 4 999 messages postés)
  1. Posté le 10/09/2010 à 21:30:17  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
http://img697.imageshack.us/im​g697/1496/peterstam.jpg

 7 ans Peter Stamm


 Résumé

 Alexander et Sonia forment un couple parfait. Tous deux sont jeunes, beaux et partagent une passion commune pour l'architecture. Guidés par l'ambition de Sonia, ils s'installent à Munich  et ouvrent un cabinet qui connaît un succès rapide. Cette union, idyllique en apparence, se trouve bouleversée par la rencontre d'Alex avec Iwona, une Polonaise  sans papiers, peu cultivée, peu attirante. Rien ne devrait les réunir mais Alex est irrésistiblement attiré par cette femme dont la seule qualité est d'être l'exact opposé de Sonia. Une fascination inexplicable, incontrôlable, qui bouleverse le cours de sa vie et celui de son couple de manière inattendue lorsqu'il doit effectuer un choix paradoxal.

 L'atmosphère de cette histoire met en relief l' excitation d'un homme ou plutôt son appétit sexuel .... Alex, souffre, glisse, perd le contrôle de ses envies. Il évite ou joue soigneusement avec l'utilité du mensonge . Son habile discrétion , impressionne par sa placidité  .

 Peter Stamm , manie avec justesse ses idées , l'architecture de cette histoire est ensemble complexe .
 J’ai été saisi par la fragilité de sa plume comme par sa dureté. je n'ai pas eu de difficulté en lisant , pas de lassitude particulière, mais une chose est sur ,  7 ans est bouleversant .



 Edit modération : Fermeture d'une balise qui entraînait l'écriture en gras de tous les messages suivants.




---------------
Je n’y peux rien, J'aime l’éphémère. mon blog
in vino véritas
siam33
Débutant confirmé (de 1 000 à 4 999 messages postés)
  1. Posté le 20/09/2010 à 20:27:32  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Fin août j'écrivais :



Auteur d'une oeuvre de dimension "régionaliste", Jean ANGLADE a aussi écrit, entre autre, un roman dont je vous reparlerai une autre fois, because je suis en plein dedans, et qui est ..........pour le moins une oeuvre singulière .

 J'en recause bientôt ...




 Ben voili voilà :

 http://multimedia.fnac.com/mul​timedia/images_produits/ZoomPE​/6/9/8/9782258084896.jpg

 Ecrit il y a plus de quarante ans, ce roman de Jean Anglade, auteur prolifique et souvent catalogué comme écrivain régionaliste, défie les genres. Les personnages, qui n'ont d'autres noms que des numéros, sont quelques dignitaires nazis incarcérés dans la prison de Spandau après leur jugement au tribunal international de Nüremberg en 1945. Ils parlent chacun à leur tour, consignent leurs impressions et leur vie quotidienne dans des carnets, rempaillent des chaises, se surveillent, se haïssent et se méprisent. Confrontés à la solitude, ne recevant des visites qu'un quart d'heure chaque mois, tous condamnés à de très lourdes peines, ils désignent également les directeurs de la prison par des lettres : A, B, C, D.

 L'environnement carcéral apparaît peu. Ce sont les mots et les écrits des prisonniers qui sont les vrais barreaux, enfermant parfois des souvenirs, cachant le plus souvent une hargne secrète et ne témoignant quasiment jamais d'un vrai remords d'avoir été les bourreaux du IIIe Reich et d'avoir servi « Numéro zéro », autrement dit Hitler. C'est un roman surprenant, étouffant, remarquablement mené par l'auteur, qui observe ces hommes démunis de tout et désormais privés d'identité, comme le ferait un entomologiste méticuleux. L'écriture, dépouillée, conduit ce récit dans le tréfonds des consciences et en fait un texte glacial qui happe le lecteur, devenu geôlier attentif.


 Une oeuvre singulière de cet auteur dont j'ai souvent parlé ici .

 Dans cet univers carcéral, 7 dignitaires nazis condamnés à de longues peines sont surveillés par 240 gardiens des quatre puissances d'occupation de l'Allemagne, à tour de rôle  ( USA, France, Grande-Bretagne et Union Soviétique). Au début du livre ils ne sont plus que 4 et bientôt 3 .
 Ils portent seulement un numéro, numéro 1 , 5 et 7 . Ils s'expriment chacun leur tour et le roman est un peu le journal intime de chacun d'eux : leur vie de tous les jours, leurs rares visites et lettres .
 C'est un huis clos bouleversant, parfois émouvant et l'on est fasciné de voir ces anciens hauts responsables nazis vivre emmurés, dans cette forteresse où les mesures disciplinaires sont censées  les empêcher de communiquer entre eux . Ils y arrivent cependant et on observe ces trois soliloques, pitoyables et tragiques.

 je le recommande :jap:

(Publicité)
  1. homepage
loloxxbr
Habitué (de 5 000 à 9 999 messages postés)
  1. Posté le 02/10/2010 à 08:50:36  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
510QX89YZ3​L._SL500_A​A300_

 Pascale Clark : Tout le monde fait l'amour

  Résumé

 Trois jeunes femmes, trois amies. Clara, Maud, Gertrude. Trois personnages aux caractères différents, trois Pieds Nickelés au féminin mais dont les volontés, une certaine quête et un évident désir convergent : l'amour. Le vivre, le faire. Clara, la narratrice, ne fait pas l'amour, Maud surconsomme et Gertrude joue ses chances à fond. Clara se souvient des jeunes années, qui n'ont guère changé : "Il y avait Gertrude. Mal partie, déjà. Et la troisième, Maud. Celle qui savait y faire. Gertrude en copie carbone de Maud. Des fois que la séduction soit contagieuse." Clara, elle, rumine dans son coin son autisme de l'amour, seule, étrangère. Elle se cherche, elle attend, "seulement capable de mettre en scène de grandioses rencontres baignées de sentiments absolus et tragiques". À toutes trois, il faudra du temps pour trouver leurs marques, se concilier et se réconcilier avec l'amour, s'en faire l'amante.


 J'aime bien Pascale Clark et c'est pour cela que j'ai lu ce roman qui ne m'attirait pas particulièrement. Souvent une mauvaise raison ...
 Car au final, j'ai ouvert un roman à l'écriture paresseuse, sans grand intérêt, neuneu et caricatural au possible, son avantage principal étant d'être court.






 51cMYzCZfA​L._SL500_A​A300_

 Nick Hornby : Slam

  Résumé

 Sam a quinze ans. Ses passions : le skate et les filles. Son mentor, Tony Hawk, le champion du monde de la discipline, avec lequel il communique via un poster géant punaisé au mur de sa chambre. Si ce n'était les angoisses chroniques de sa mère, son petit monde serait parfait. Mais l'amour, c'est comme le skate : un accident est vite arrivé. Sa petite amie, la très belle et intimidante Alicia, lui annonce qu'elle est enceinte et bien décidée à garder le bébé... Pour Sam, c'est la gamelle du siècle, le fameux « slam » que redoutent tant les skateboarders ! Entre fous rires et émotions, récit de la traversée forcée d'un adolescent dans l'âge adulte..


 Un bon roman de Nick Hornby qui a le don de rendre très rapidement ses personnages attachants. C'est très drôle, plein d'humanité, ironique et pas moralisateur. Une petite faiblesse dans la construction au milieu du roman où on a l'impression que l'auteur hésite sur la direction a prendre. Au final, un très bon moment de lecture.


---------------
Poor people are gonna rise up - and get their share Poor people are gonna rise up - and take what's theirs (Tracy Chapman)
in vino véritas
siam33
Débutant confirmé (de 1 000 à 4 999 messages postés)
  1. Posté le 09/10/2010 à 15:51:20  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
http://multimedia.fnac.com/mul​timedia/images_produits/ZoomPE​/2/5/4/9782258068452.jpg

 Pas très variées mes lectures, mais ce sont des bookquins que j'avais en retard de lecture .  :kaola:  :D
 
 Professeur à la retraite, Jacques Saint-André a bien des histoires à raconter : celles de son Allier natal d'abord, et puis celles d'une vie bien remplie. Son bras perdu à Dunkerque en 1940, son mariage sous l'Occupation, sa brève affectation à Tunis, les chemins inattendus empruntés par ses fils et sa fille, enfants de la France d'après-guerre... Mais à 88 ans, veuf et isolé dans son village de Cournon-d'Auvergne, il n'a plus grand monde pour l'écouter. À moins qu'Internet ne lui fournisse un remède à la solitude de ses vieux jours. Une petite annonce plus tard, et voilà qu'affluent les propositions de familles prêtes à adopter ce grand-père qui a encore tant à partager...


 Récit à la fois simple et original, sur la solitude moderne des âges respectables. Ce roman de terroir, racontant l’Auvergne, ses campagnes et ses villages, est truffé d'anecdotes historico-géographiques,( le personnage est agrégé d'histoire) intimement mêlées à cette biographie de "grand-père orphelin". Pas de nostalgie tremblotante, plutôt une belle lecon de vie, relatée avec esprit et humour . Presque un siècle s'écoule dans cette magnifique leçon d'optimisme.

 Hormis " Des chiens vivants", évoqué plus haut, c'est de loin ce roman que j'ai préféré de Monsieur ANGLADE .
 :jap:

  1. homepage
loloxxbr
Habitué (de 5 000 à 9 999 messages postés)
  1. Posté le 10/10/2010 à 19:20:33  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
51A2hk7ECB​L._SL500_A​A300_

 Jean-Marie Gourio : L'eau des fleurs

  Résumé

 C'est un rade comme on en voit au bord des nationales, sur la route de Genève. A l'Espérance, la patronne cause autant qu'on boit : à grand gosier. On la connaît bien, Louise. Sa gouaille lui a attaché tout un régiment d'athlètes du zinc : José, la Puce, Antoine, Alf (de chez les Télécoms)... Du beau monde. Une famille. Et une famille en deuil. Aujourd'hui, on enterre Camille, le père de Louise. Camille qui ne répond peut-être pas à son portable, inhumé avec son propriétaire, mais ça n'empêche pas de lui laisser des nouvelles, par répondeur interposé. Parce qu'il s'en passe, des choses. Et des belles. Ne parlons pas de Lucie, maîtresse du mort et patronne du Virage, le bar d'en face. Ça, c'est tabou. Parlons plutôt de la grève des routiers qui sème un beau bazar, des amours de Louise, ou de Julien, le nouveau gosse... En attendant : tournée générale !  


 J'aime bien le Gourio des « Brèves de comptoir » mais ce roman, qui se passe dans le cadre d'un bistrot, m'a laissé sur ma fin. Il m'a trop paru comme un chapelet de brèves reliées entre elles par une histoire bancale et un peu faible. Pas désagréable mais pas indispensable.


---------------
Poor people are gonna rise up - and get their share Poor people are gonna rise up - and take what's theirs (Tracy Chapman)
(Publicité)
  1. homepage
loloxxbr
Habitué (de 5 000 à 9 999 messages postés)
  1. Posté le 10/10/2010 à 19:31:29  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
51xDARxrLU​L._SL500_A​A300_

 Erlend Loe : Volvo trucks

  Résumé

 Dans un coin paumé de la campagne suédoise, Maj Britt, condamnée en justice pour avoir mutilé le bec de ses perruches, noie sa rage dans les vapeurs de haschich et les rengaines de Bob Marley. Face à elle, von Borring, vieux donneur de leçons, spécialiste des noeuds inutiles et fondu d'oiseaux. Pour Maj, l'heure de la vengeance semble avoir sonné, le jour où Doppler, un original déjanté en quête du sens de la vie, apparaît à sa porte. Cet homme providentiel pourrait bien liquider ses différends de voisinage avec von Borring. Mais on ne piège pas aussi facilement un boy-scout sur le retour ! Que choisira Doppler : la marginalité licencieuse de Maj Britt ou le spartiate mais vivifiant quotidien de von Borring ?  


 Une histoire fantaisiste et délirante bourrée de surprises et digressions, un style décoiffant où l'auteur prend à témoin son lecteur. C'est frais, enthousiasmant voire jouissif. J'ai adoré, la bouche ouverte d'ébahissement.


---------------
Poor people are gonna rise up - and get their share Poor people are gonna rise up - and take what's theirs (Tracy Chapman)
  1. homepage
loloxxbr
Habitué (de 5 000 à 9 999 messages postés)
  1. Posté le 12/11/2010 à 11:59:18  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
http://cot.priceminister.com/p​hoto/57496_ML.jpg

 Frédéric H. Fajardie : Au-dessus de l'arc-en-ciel

  Résumé

 Ils étaient quatre, trois Américains et un Français. Tous officiers archidécorés de la Seconde Guerre mondiale. En 1944, pendant la contre-offensive allemande des Ardennes, ils avaient réussi le coup du siècle en braquant le Golden Eagle, un train d'or transportant les dollars de l'armée U.S. Trente-huit ans plus tard, l'un d'eux lance un S.O.S. à ses frères d'armes...


 Court roman assez ancien de Fajardie (1984), pas désagréable mais si classique et qu'il n'en est pas indispensable.


---------------
Poor people are gonna rise up - and get their share Poor people are gonna rise up - and take what's theirs (Tracy Chapman)
  1. homepage
loloxxbr
Habitué (de 5 000 à 9 999 messages postés)
  1. Posté le 12/11/2010 à 12:01:45  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
51QK5T1NQY​L._SL160_A​A160_

 Wiliam Boyd : Le destin de Nathalie X

  Résumé

 Le Destin de Nathalie X est le titre du premier film très remarqué d'Aurélien No, un jeune cinéaste africain. A la suite de ce succès, il part tourner à Los Angeles et devient malgré lui la coqueluche d'un Hollywood. Neuf autres récits suivent : des amours entre une veuve anglaise et un poète portugais méconnu, en passant par les déboires d'un mari infidèle, les désillusions d'un passionné du Brésil, ou encore un hommage aux artistes du Bauhaus …


 Autant j'avais beaucoup aimé certains romans de Boyd – La croix et la bannière, Brazzaville-plage-, autant ces dix nouvelles m'ont plutôt ennuyé et rien apporté.


---------------
Poor people are gonna rise up - and get their share Poor people are gonna rise up - and take what's theirs (Tracy Chapman)
  1. homepage
loloxxbr
Habitué (de 5 000 à 9 999 messages postés)
  1. Posté le 12/11/2010 à 12:03:56  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
410EJ5J8C8​L._SL160_A​A160_

 Claude Michelet : Les copains d'Aristide

  Résumé

 Il y a ceux qui naissent sous une bonne étoile, bénis des dieux, heureux au jeu et en amour et il y a... Aristide. Roi de la guigne, prince de la poisse, il a fait de la malchance son sport favori, son hobby à plein temps. Tout ça à cause d'un nom à coucher dehors, car notre Aristide s'appelle... Klobe.
 Après une scolarité passée sur le banc des colles, un service militaire à l'ombre du trou et mille petits boulots ingrats, notre homme au nom impossible mais à la plume talentueuse se fait engager comme nègre chez un éditeur aussi âpre au gain qu'aux jupons. Mais ce jour-là, Aristide aurait sans doute mieux fait de se casser une jambe ou de briser un miroir !


 Très court roman ou longue nouvelle, légère et amusante mais pas indispensable.


---------------
Poor people are gonna rise up - and get their share Poor people are gonna rise up - and take what's theirs (Tracy Chapman)
  1. homepage
loloxxbr
Habitué (de 5 000 à 9 999 messages postés)
  1. Posté le 12/11/2010 à 12:06:57  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
51AW0250EY​L._SL500_A​A300_

 Ernest Hemingway : Le vieil homme et la mer

  Résumé

 La mer abrite des millions de poissons, mais le vieux pêcheur n'a rien pris depuis quatre-vingt-cinq jours. Elle s'étend à l'infini, les côtes cubaines s'éloignent inexorablement, et pourtant, il s'agit d'un roman de l'enfermement. Le Vieil Homme et la mer, durant trois jours entiers, se retrouvent face à face.


 Pas d'illumination particulière à la lecture de ce roman considéré comme un chef d'œuvre de la littérature du 20ème siècle. De l'émotion, de l'empathie pour ce vieil homme certes, mais au fond un message parabolique douteux à mes yeux, à la limite de celui asséné par les religions d'une manière générale : il faut se battre, travailler encore et toujours endurer mais au final accepter.


---------------
Poor people are gonna rise up - and get their share Poor people are gonna rise up - and take what's theirs (Tracy Chapman)
  1. homepage
loloxxbr
Habitué (de 5 000 à 9 999 messages postés)
  1. Posté le 12/11/2010 à 12:09:20  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
4118NTZQY0​L._SL500_A​A300_

 René Frégni : Le voleur d'innocence

  Résumé

 Je suis né le 8 juillet dans les collines. La canicule ruisselait de partout. Marseille n'était en bas qu'une flaque de goudron. J'ai glissé dehors aussi facilement qu'une sueur. Tout glissait d'ailleurs, fondait, flaquait, dans la grande sieste des banlieues. J'ai attendu le soir et la fraîcheur avec les autres, collé aux draps, au fond d'une chambre jaune de vieillesse et de chaleur. »
 Dans un décor qui n'est pas sans rappeler le cinéma italien d'après-guerre, René-Jean évoque son enfance.
 Au long de son roman d'aventures, il découvre la magie des salles obscures, la férocité des enfants, la beauté des jambes des femmes, la violence de l'injustice.
 Le sordide y atteint parfois au sublime et la passion qu'il voue à sa mère agit comme garde-fou aux tumultes de sa vie, comme borne à sa souffrance et à sa rage d'enfant révolté.


 Ce roman coup de poing, au propos fort, prend aux tripes et malgré quelques moments d'espoir, laisse un goût amer. La belle écriture d'un auteur que je découvre avec bonheur.


---------------
Poor people are gonna rise up - and get their share Poor people are gonna rise up - and take what's theirs (Tracy Chapman)
  1. homepage
loloxxbr
Habitué (de 5 000 à 9 999 messages postés)
  1. Posté le 12/11/2010 à 12:55:54  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
417QWeoH8B​L._SL500_A​A300_

 Mario Vargas Llosa : Tours et détours de la vilaine fille

  Résumé

 Que de tours et de malices chez cette " vilaine fille ", toujours et tant aimée par son ami Ricardo, le " bon garçon ". Ils se rencontrent pour la première fois au début des années cinquante en pleine adolescence, dans l'un des quartiers les plus huppés de Lima, Miraflores. Joyeux, inconscients, ils font partie d'une jeunesse dorée qui se passionne pour les rythmes du mambo et ne connaît d'autre souci que les chagrins d'amour. Rien ne laissait alors deviner que celle qu'on appelait à Miraflores " la petite Chilienne " allait devenir, quelques années plus tard, une farouche guérillera dans la Cuba de Cassa, puis l'épouse d'un diplomate dans le Paris des existentialistes, ou encore une richissime aristocrate dans le swinging London. D'une époque, d'un pays à l'autre, Ricardo la suit et la poursuit, comme le plus obscur objet de son désir. Et, bien entendu, ne la perd que pour mieux la rechercher.


 J'avais beaucoup aimé « Le paradis - un peu plus loin » de Mario Vargas Llosa et sa récente médiatisation après son prix Nobel de Littérature m'a fait choisir ce roman dans ma bibliothèque.
 Déception, car cette histoire d'amour et même de passion, qui se déroule sur plusieurs continents et décennies, est loin de m'avoir passionné. L'écriture est fluide mais la construction linéraire et le propos m'ont paru répétitifs et fades. Même les personnages du couple n'inclinent pas à l'empathie : l'homme est victime mais tellement falot et masochiste qu'il en est agaçant, sa partenaire est perverse et amorale mais même les explications qu'apportent l'auteur ne la pardonnent pas.
 Et ce n'est pas la fin « harlequinienne »qui sauve ce roman d'une certaine médiocrité.


---------------
Poor people are gonna rise up - and get their share Poor people are gonna rise up - and take what's theirs (Tracy Chapman)
  1. homepage
loloxxbr
Habitué (de 5 000 à 9 999 messages postés)
  1. Posté le 12/11/2010 à 13:12:27  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
51%2B8aX1q​3PL._SL500​_AA300_

 Travis Holland : Loubianka

  Résumé

 A Moscou, en 1939, au plus fort des purges staliniennes, Pavel Vassiliévitch, ancien professeur de littérature, est archiviste à la prison de la Loubianka. Dans ce lieu d'internement pour intellectuels et dissidents politiques, il collecte les œuvres littéraires censurées par le régime, en vue de leur destruction. Particulièrement touché par le manuscrit inachevé d'Isaac Babel, qui compte parmi les détenus, Pavel brave l'interdit pour sauver son œuvre. Alors que la répression politique se durcit et que le pays tout entier est figé dans la peur, Pavel choisit le camp de la liberté en mettant sa propre existence en jeu pour l'amour de la littérature.  


 Tout est triste et anthracite dans ce roman. Mais très puissant surtout. Rarement le totalitarisme et l'enfermement de l'individu qu'il génère auront été aussi bien décrits. Le style contribue aussi à un sentiment de lourdeur marécageuse et un climat d'enfermement définitif.
 Un excellent roman.


---------------
Poor people are gonna rise up - and get their share Poor people are gonna rise up - and take what's theirs (Tracy Chapman)
in vino véritas
siam33
Débutant confirmé (de 1 000 à 4 999 messages postés)
  1. Posté le 12/11/2010 à 20:00:02  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
http://www.culture-cafe.fr/sit​e/wp-content/uploads/2010/06/r​l10_des_eclairs.jpg

 Gregor a inventé tout ce qui va être utile aux siècles à venir. Il est hélas moins habile à veiller sur ses affaires, la science l'intéresse plus que le profit. Tirant parti de ce trait de caractère, d'autres vont tout lui voler. Pour le distraire et l'occuper, ne lui resteront que la compagnie des éclairs et le théâtre des oiseaux.

 Fiction sans scrupules biographiques, ce roman utilise cependant la destinée de l'ingénieur Nikola Tesla (1856-1943) et les récits qui en ont été faits


 Je connaissais TESLA de par mes formations techniques, et savais qu’il a donné son nom à l’unité de l’induction magnétique ( T ), mais j’ignorais tout de ce personnage à la tête bien remplie . Toutes les inventions  et les centaines de brevets qu’il a déposés ne lui ont pas rapporté autant que prévu, ayant été très négligeant lors de la rédaction des dits brevets . Bel homme d’après les témoignages, il est resté insensible aux charmes féminins et seuls son travail, son labo et ses inventions occupaient ses longues journées ; son admiration et sa passion pour les pigeons lui vaudront quelques ennuis.. Echenoz  nous narre en moins de 200 pages la vie pour le moins mouvementée de ce savant croate, parti chercher aux Etats-Unis de quoi financer et mettre en pratique ses inventions . Style très décontracté, souvent drôle, lisible par le commun des lecteurs, même non scientifique(la preuve  :moui:  ), on y découvre en outre l’Amérique du Nord à la fin de l’autre siècle, les autres industriels de l’époque tel que George Westinghouse, (nom mondialement connu  encore aujourd’hui : les réacteurs nucléaires français sont sous licence Westinghouse) ,  Edison, Marconi, Röntgen...

 Très plaisant , j’ai beaucoup apprécié . :jap:




 Du coup je vais sans doute lire dans la foulée, les 2 autres ouvrages qu’Echenoz a consacré, dans la même veine que celui-ci, à Maurice RAVEL ( RAVEL)  et  à Emil ZATOPEK ( COURIR), le célèbre athlète tchèque.  :wi:


  :hello: Lolo ;)

  1. homepage
loloxxbr
Habitué (de 5 000 à 9 999 messages postés)
  1. Posté le 21/11/2010 à 18:57:42  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
412HD6M74Y​L._SL500_A​A300_

 John King : Football factory

  Résumé

 La bière est fameuse, mais pas question de se torcher pour ensuite se faire piquer par les flics dans Tottenham High Road. Il faut garder la tête froide quand on cherche la baston. Sinon, on est bon pour une dérouillée. Dans tous les clubs les meilleurs connaissent le truc, ils laissent les petits cons gueuler et s'agiter et sauter dans tous les sens sous les caméras de télé. C'est une couillonnade. D'une force et d'une efficacité extrêmes, ce premier roman met en scène Tom Johnson, un supporter hooligan de Chelsea.


 Ce roman est rempli d'une violence gratuite, mais qui en devient gênante à force de ne pas l'être tant que ça. Ce Tom Johnson est un connard, c'est sûr, mais un connard dont les auto-justifications mettent mal à l'aise car elles peuvent viser juste dans la critique d'une société schizophrène et la description de l'hypocrisie du connard primaire qui peut sommeiller en chacun de nous.
 Dommage que l'intervention de personnages sans rapports directs avec le récit en pollue la construction et que le sentiment de répétition ampute d'une partie de sa force ce  roman qui laisse un drôle de goût.


---------------
Poor people are gonna rise up - and get their share Poor people are gonna rise up - and take what's theirs (Tracy Chapman)
  1. homepage
loloxxbr
Habitué (de 5 000 à 9 999 messages postés)
  1. Posté le 21/11/2010 à 19:31:36  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
51PoLdi5gy​L._SL500_A​A300_

 Donna Leon : De sang et d'ébène

  Résumé

 Personne n'a rien vu. Pourtant, un vendeur africain vient d'être abattu au beau milieu de Campo San Stefano, l'une des plus belles places de Venise. Qui pouvait bien chercher à éliminer ce pauvre bougre ? Pourquoi le ministère de l'Intérieur fait-il pression sur le commissaire Brunetti pour qu'il abandonne l'enquête ? Peut-être à cause des diamants retrouvés parmi les affaires de la victime.


 Première incursion chez le commissaire Brunetti, personnage récurrent de Donna Leon. Le début semble un peu lent mais un climat s'installe insidieusement et donne envie de tourner la page suivante puis de retrouver Brunetti dans un autre roman.
 Pas seulement pour l'intrigue et l'enquête mais aussi parce que Donna Léon est dans la mouvance de ces auteurs qui prennent prétexte du polar pour décrire les mécanismes du monde moderne dans sa dimension sociale.


---------------
Poor people are gonna rise up - and get their share Poor people are gonna rise up - and take what's theirs (Tracy Chapman)
  1. homepage
loloxxbr
Habitué (de 5 000 à 9 999 messages postés)
  1. Posté le 21/11/2010 à 19:58:00  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
51t50i4%2B​0TL._SL500​_AA300_

 Kari Hotakainen : Rue de la Tranchée

  Résumé

 Matti Virtanen est un combattant du foyer. Il appartient à cette génération d'hommes qui a fait ses preuves d'égalitarisme en s'occupant des tâches ménagères, de la maison et des enfants. Il n'a pas fait la guerre, mais son combat à lui est celui de la réussite de son foyer. Mais un excès de violence va le séparer de sa famille. Pour la reconquérir, il veut à tout prix acquérir la maison dont sa femme a toujours rêvé. Son obstination le mènera loin.


 Cet homme disjoncte mais le fait avec méthode. Un roman acerbe, triste, amer, pessimiste mais aussi féroce, quelquefois drôle, puissant. Une belle découverte.


---------------
Poor people are gonna rise up - and get their share Poor people are gonna rise up - and take what's theirs (Tracy Chapman)
cocoweb
Débutant confirmé (de 1 000 à 4 999 messages postés)
  1. Posté le 24/11/2010 à 19:08:49  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

 http://www.izipik.com/images/2​01011/24/lvdnkwjz1ikhmoxpj6-ha​montoutelamer.jpg

 Résumé :

 Dans ce récit, dont le titre est emprunté à un poème de Verhaeren, l'auteur nous livre son Comment peut-on être Breton ?.
 Mais ce n'est pas l'air de la nostalgie qu'il entonne : il y préfère un plaidoyer pour aujourd'hui, et pour l'ailleurs. Quand on aime, il faut partir et l'on n'emporte jamais ce qu'on quitte. Du moins, né provincial, est-on débarrassé de l'illusion d'occuper le centre du monde. Hervé Hamon nous conte son enfance à Saint-Brieuc, dans l'après-guerre, ses démêlés avec l'école, avec la religion, sa formation politique dans une ville qui fut la première à basculer vers la gauche, ses allers-retours, très tôt, entre la Bretagne et Paris.
 Et puis le journalisme, l'écriture, l'édition qui " forcément " se passaient dans la capitale, et " forcément " à Saint-Germain-des-Prés. Comment il devient, à l'époque, un Breton saisonnier, un " touriste " chez les siens, heureux et malheureux à la fois. Puis, la Bretagne, il la retrouve. Sur l'Abeille Flandre, un remorqueur de sauvetage. Il devient Brestois d'adoption avec enthousiasme, avec le même enthousiasme qu'il éprouve au contact des marins.
 Il aime Brest, son parfum d'anarcho-syndicalisme, puis revient vers son Trégor natal. Mais rien à faire : la grande ville lui manque aussi, Tokyo, New York, Dehli... Alors il s'installe dans l'entre-deux. Il comprend qu'il n'a pas des racines, mais des attaches - fortes -, qu'on garde, mais dont on est libre. C'est un livre de passion, de passion ouverte. La suite, en quelque sorte, de Besoin de mer et de L'Abeille d'Ouessant.

 J'avais apprécié Besoin de mer, j'ai bien aimé celui-là.

  1. homepage
loloxxbr
Habitué (de 5 000 à 9 999 messages postés)
  1. Posté le 28/11/2010 à 12:16:35  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

 41IeFt8fhK​L._SL500_A​A300_

 Guy Bedos : Le jour et l'heure

  Résumé

 La fraîcheur de sa colère, son amour des femmes, ses instincts de bon père juif, son usage immodéré de l'humour comme ultime politesse, David n'a rien perdu. Pourtant Leïla, l'Arabo-Andalouse de sa vie, l'a abandonné. Les Fellini, les Mastroianni, les Serrault et autres frères élus ont disparu sans crier gare. Alors il écrit. Des notes éparses, qu'il laisse traîner un peu trop négligemment, et qui déclenchent une correspondance inattendue avec ses trois enfants...  


 L'impression d'entendre Bedos en lisant ce court roman, à la fois narcissique et touchant, impudique et tendre. Les grandes qualités de l'auteur, ses quelques défauts aussi.



 41HMJEYTYJ​L._SL500_A​A300_

 Alessandro Baricco : Soie

  Résumé

 Vers 1860, pour sauver les élevages de vers à soie contaminés par une épidémie, Hervé Joncour entreprend quatre expéditions au Japon pour acheter des oeufs sains. Entre les monts du Vivarais et le Japon, c'est le choc de deux mondes, une histoire d'amour et de guerre


 Un très court roman dont la réussite tient plus par la forme et un style magnifique que par le fond. Si cette oeuvre m'a parfois touché par sa fragile poésie, son caractère cultissime m'a échappé.



 51C6CJGKS5​L._SL500_A​A300_

 Tania de Montaigne : Le quart d'heure islandais

  Résumé

 Quarante ans après avoir reçu la palme d'or, Emyrka Rerc, actrice islandaise culte à la carrière foudroyante (un film), est l'invitée d'honneur du Festival de Cannes. Celle que les médias ont baptisée la perle noire du cinéma nous entraîne dans les coulisses du 7e art.


 Intérêt limité pour ces 175 pages auxquelles je suis resté extérieur, sans doute par la faute de la construction et du style. J'ai eu l'impression de lire deux romans par roulement, qui avaient apparemment le même personnage central, mais je n'ai jamais réussi à réunir les deux. Quelques descriptions féroces et dénonciations bienvenues tout de même, mais l'ensemble est trop inégal et ne m'a pas paru indispensable.


---------------
Poor people are gonna rise up - and get their share Poor people are gonna rise up - and take what's theirs (Tracy Chapman)
in vino véritas
siam33
Débutant confirmé (de 1 000 à 4 999 messages postés)
  1. Posté le 11/12/2010 à 11:15:49  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Une amie m’a prêté ce livre le week-end d’avant avant la neige, sans m’en dire le moindre mot : «  tu verras, en tout cas moi j’ai bien aimé «  . Oui, mais elle c’est une femme ! :o

 http://www.librairielareserve.​fr/wp-content/uploads/2010/08/​rosa-candida.jpg

 Ce roman est un drôle de récit d’apprentissage mettant en scène un tout jeune homme de 22 ans passionné d’horticulture . Alors qu’il traverse une mauvaise passe ( sa mère, qui l’avait initié à la botanique, vient de mourir dans un accident de voiture, il est père d’une petite fille alors qu’il a couché avec la mère «  un quart de nuit « ! ) il décide de quitter son Islande natale volcanique et humide pour rejoindre dans un pays jamais nommé…..une roseraie dans un jardin au milieu d’un monastère dans une contrée perdue où les villageois parlent le patois…
 C’est parti pour un road-movie  pas ordinaire ; le jeune homme quitte son père papa-poule et son frère jumeau autiste pour se trouver une vocation . il a en effet promis à sa mère mourante de se rendre au fameux monastère pour aller y planter une espèce de rose inconnue , la ROSA CANDIDA , à huit pétales qu’elle cultivait dans la serre familiale .


 J’ai croqué dans ce livre à pleins yeux . L’histoire  débute avec un mini drame, une douleur lancinante du jeune homme alors qu’il s’apprête à quitter son pays . On imagine une catastrophe proche, puis une fois cet épisode soldé, Lobbi (son surnom) arrive dans ce monastère d’une contrée, jamais nommée,  mais que l’on imagine avec les quelques éléments naturels décrits, les plats qu’on y prépare ….. Accueilli par les moines qui y vivent , dont un cinéphile averti (les références aux films y sont nombreuses et variées) ,  le héros commence la reconquête du jardin longtemps laissé à l’abandon . Il bichonne les  quelques pousses de cette rose rare dans le seul but de la replanter dans le jardin ancestral de ce monastère cité déjà dans de vieux livres . Tout tourne autour de ces quelques éléments :  les roses, son vieux père, sa mère disparue, sa fille, puis la mère de sa fille qui le retrouve .
 Le dernier quart du livre est un peu longuet, un peu répétitif mais il est dans la continuité de l’aventure du jeune homme.
 Belle histoire, reposante, où il y a peu d’action, certes, mais que l’on savoure en une ou deux soirées sous la couette.  
 Roman pour femme, pensais-je écrire au début, mais je l’ai  apprécié, sans doute à cause (ou grâce) à mon état d’esprit du moment .

 :jap:

 :salut:

  1. homepage
loloxxbr
Habitué (de 5 000 à 9 999 messages postés)
  1. Posté le 14/12/2010 à 23:05:01  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
http://multimedia.fnac.com/mul​timedia/images_produits/Grande​s110/6/8/2/9782253149286.gif

 Charles Frazier : Retour à Cold mountain

  Résumé

 Dans les derniers temps de la guerre de Sécession, un homme traverse l'immense espace américain. Il s'appelle Inman. Soldat sudiste, blessé à la bataille de Petersburg, il a déserté dans l'espoir de retrouver sa région natale, la Caroline- du-Nord, où l'attend Ada, la femme qu'il aime. Restée seule à la mort de son père, celle-ci essaie tant bien que mal de préserver le domaine familial. Le moment de leurs retrouvailles approche, et chacun doit se préparer à affronter un monde qui a radicalement changé.


 La trame de ce roman est certes classique. Mais le récit des voyages initiatiques, parfois immobiles, de personnages d'une rare profondeur, la description d'une époque pleine de fureur, d'ignominie mais parfois aussi de bonté, la plongée dans les tréfonds de ce qu'un être humain est capable de subir et faire subir, tout cela dans un style magistral sans mièvrerie ni facilité, en font une oeuvre magnifique.


---------------
Poor people are gonna rise up - and get their share Poor people are gonna rise up - and take what's theirs (Tracy Chapman)
in vino véritas
siam33
Débutant confirmé (de 1 000 à 4 999 messages postés)
  1. Posté le 18/12/2010 à 16:25:03  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
http://a10.idata.over-blog.com/202x300/1/37/20/09/le-front-r​usse.jpg

 >>Fiche le dilettante ici<<

 Ce que j'en dis :

 De vrais bons moments drôles, du vécu lorsque le personnage raconte sa " première fois ", ses gaffes au bureau, les inerties administratives qu’il décrit de façon précises, copies de mails à l’appui, ses idées et sa vision de la hiérarchie....

 --extrait choisi :
 { Ce trait d'humour détendit un peu l'atmosphère et tout le monde rit avec modération à la blague de notre chef. Rire avec modération à la blague du chef est un précepte à garder à l'esprit si l'on veut survivre en milieu administratif . Il faut toujours rire à la blague du chef . Mais ce rire doit cependant être modéré si l'on ne veut pas passer pour un lèche-bottes auprès de ses collègues. C'est un dosage difficile, un équilibre malaisé lorsqu'on débute mais , bien vite, on acquiert ces automatismes}

 ....les relations avec ses parents dont il reproduit involontairement les schémas, ses rêves de voyage lorsqu’il entre au ministère des affaires étrangères et qu’il se retrouve dans un bureau tristounet à faire de la paperasse….

 Découvert l'auteur, acheté et dédicacé dimanche dernier en Aquitaine, lu d’une traite lundi à grande vitesse sur rails, cette histoire m’a beaucoup amusé. Pas très profond comme histoire, mais écrite avec talent . A lire absolument pour les ceusses qui ont les zygomatiques toujours en émoi.. . et moi et moi.... :)

 Auteur à suivre  :jap:

Ce qui ne tue pas, rend +fort
  1. homepage
marsupilaminett
Assidu (de 10 000 à 19 999 messages postés)
  1. Posté le 18/12/2010 à 20:59:53  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
ben en tout cas la couverture ne laisse pas transparaitre l'histoire que tu racontes ;)

in vino véritas
siam33
Débutant confirmé (de 1 000 à 4 999 messages postés)
  1. Posté le 23/12/2010 à 16:32:39  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
http://multimedia.fnac.com/mul​timedia/images_produits/ZoomPE​/2/1/3/9782246709312.jpg


 Sexe, soleil, fric, palmiers, embrouilles... Los Angeles, Miami ? Non : Cannes et sa région. Sur fond de  Côte d’Azur, Maurice le Siffleur agite un petit monde peuplé de  racketteurs idiots élevés au chômage et au porno, de mafieux russes, d'une marchande de lingerie volage, d'un bétonneur de littoral franc-maçon, de notables échangistes, d'élus corrompus, de faux braqueurs roumains, d'une poule de luxe qui rêve de kidnapping, d'une juge d'instruction qui se frotte au terrain et d'un riche retraité pas si tranquille que ça...
 Sur une intrigue pas bien épaisse – un retraité s’invente un frère jumeau mafieux pour protéger les propriétaires de son restaurant préféré d’authentiques racketteurs – Laurent Chalumeau brosse une désopilante galerie de portraits méridionaux. Zapetti, l’entrepreneur pourri, Candice, sa déloyale bimbo, et surtout Fringand et Mazini, deux petites frappes flambeuses portées sur les débats de fond : de l’allaitement chez les stars siliconées, de la juste dénomination d’une femme mûre avenante. Mais le charme de ce roman tient aussi à sa langue audiardesque, qui donne tout leur sel aux aventures de ces tontons flingueurs plus bêtes que méchants.





 Entre 2 livres " sérieux "  et en période de vacances on peut bien s’accorder un petit divertissement .  :o
 Déjà  lu de Laurent Chalumeau  "Les arnaqueurs aussi" qui m’avait bien fait marrer, ben là c’est kif-kif, du même tonneau : un bon mélange de petits escrocs idiots,  fric et mafia, soleil et boites de nuit,  luxe et  stupre,  embrouilles ; tout y est, des dialogues à la San Antonio, des rebondissements insensés, des dialogues olé olé  :hinhin:  qui font mouche . Maurice (le siffleur) met son nez  involontairement dans une histoire incontrôlable et déjantée .
 C’est drôle, c’est bien , ça se consomme sans faim et sans modération.... trois ou quatre bonnes heures dans une histoire de tarés sympathiques, je le recommande aux amateurs du genre.  :bien:

  1. homepage
loloxxbr
Habitué (de 5 000 à 9 999 messages postés)
  1. Posté le 23/12/2010 à 21:49:38  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Ne te justifie pas, tu ne peux pas toujours lire du Marc Lévy non plus  :chepa:

 :nonono:

 Mais je suis bien d'accord avec toi, c'est un très bon moment;

 Je te conseille "Fuck" du même Chalumeau qui est excellent dans un registre un peu différent,


---------------
Poor people are gonna rise up - and get their share Poor people are gonna rise up - and take what's theirs (Tracy Chapman)
in vino véritas
siam33
Débutant confirmé (de 1 000 à 4 999 messages postés)
  1. Posté le 23/12/2010 à 23:10:39  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

loloxxbr a écrit :

ne te justifie pas, tu ne peux pas toujours lire du marc lévy non plus  :chepa:

 :nonono:

 mais je suis bien d'accord avec toi, c'est un très bon moment;

 je te conseille "fuck" du même chalumeau qui est excellent dans un registre un peu différent,
 





 marchi l'ami pour le " Fuck" !  :bien:

 Jamais lu Lévy... Le devrais-je  ?? :whistle:

 Noyeux Joël

 ;)

  1. homepage
momo24
Célèbre sur tout le forum (de 30 000 à 99 999 messages postés) Fan Club de Clic-Clic
  1. Posté le 24/12/2010 à 09:31:34  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Je ne l'ai pas lu mais je vais le lire
 il fait un tabac ( surtout à cause de Sarko  :D )
 Alors un peu de pub  :D
 http://www.citoyens-resistants [...] article123


---------------
Comment reprocher à celui qui se tourne les pouces de ne rien faire de ses dix doigts (© Patrice Rouleau)
in vino véritas
siam33
Débutant confirmé (de 1 000 à 4 999 messages postés)
  1. Posté le 26/12/2010 à 20:35:00  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
http://www.anaeditions.fr/_wp_​generated/wp387d3ecf_02.jpg

 L’aventure ambiguë de Ngonzo est celle d’un jeune homme parti à la quête du temps passé.
 C’est le parcours d’un Candide " à la peau couleur de nuit sans lune " qui fait un retour impossible dans son pays natal, au soleil de l’équateur.
 Mais une calebasse bruyante d’interrogations s’est brisée sur la barrière des traditions ancestrales.
 Un vrai mur, infranchissable d’incommunicabilité, se dresse entre Ngonzo et son environnement.
 Le bruit et la fureur des appétits, le déchaînement des passions et des pulsions sauvages, se mêlent aux chants des oiseaux en un tintamarre assourdissant...


 Découvert l'auteur, acheté et dédicacé l'autre dimanche en Aquitaine, auteur d'origine congolaise, poète et romancier, (Dieudonné Zélé)  "LE GARCON DE LA MOTABA", son 5 ème roman, nous plonge au coeur de l'Afrique.

 L'histoire de Ngonzo, exilé en France, qui revient au pays et qui fait le constat amer que le poids des traditions, des us et coutumes claniques ancestrales entretiennent le peuple dans la misère pour ceux qui y sont nés, et dans l'opulence pour les autres .

 Extrait :
 "  De ces tas d’ordures, vraies déchetteries en centre ville colonisées par des légions de grosses mouches vertes, remplis à ras bords de germes divers et d’armées grouillantes d’asticots dodus à force d’être bien nourris, émergeaient, ça et là, les maisons somptueuses des dignitaires du parti. Elles venaient, en un saisissant choc des contraires, donner à Ngondzo une concrète leçon de choses sur le sous-développement. Les serviteurs du peuple qui savaient si bien se servir les premiers, comme on le leur avait appris dans les écoles, là-bas, de l’autre côté de l’horizon étaient, comme souvent, les mieux nantis. Ces maisons magnifiques voisinaient avec les belles villas de leurs maîtresses choyées, qu’ici on appelait simplement : "deuxième, troisième, ou quatrième ", voire parfois : " cinquième " bureau . Ensemble, ces évidentes marques de bien-être, ces îlots de prospérité écrasaient la pauvreté environnante de toute la hauteur de leur égoïsme. Les heureux bénéficiaires de ces biens, mal acquis, au demeurant, tiraient on n’en pouvait douter, un plaisir sadique du spectacle de la misère à laquelle ils échappaient de cette manière. "

 Ecriture belle et colorée, on y sent les odeurs ( les pires comme les meilleures) de l'Afrique, la chaleur, la moiteur, le bruit auxquels notre héros n'est plus habitué malgré ses souvenirs d'enfance. Plongée dans un voyage retour au coeur de Brazzavile, et les berges du fleuve Congo...

 Pas mal, à découvrir :jap:

in vino véritas
siam33
Débutant confirmé (de 1 000 à 4 999 messages postés)
  1. Posté le 05/01/2011 à 21:19:58  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

loloxxbr a écrit :

 



 merci siam, j'ai pris quelques notes : tu me préviens quand le  cercle littéraire  sort en poche ?  ;)

 





 Ayé !!!  :jap:



 ;)  ;)

in vino véritas
siam33
Débutant confirmé (de 1 000 à 4 999 messages postés)
  1. Posté le 08/01/2011 à 23:54:27  
  1. answer
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
ETRANGE BALLET DES OMBRES de Victor Kathémo


 http://img253.imageshack.us/im​g253/1637/couverturetrangeball​etdl.jpg



 >>>à découvrir ici<<<


 Ce roman interroge la conscience humaine sur la différence et l’indifférence . Il retrace la vie d’un albinos guetté par la consomption dans une société meurtrie par les préjugés où l’irrationnel transcende les rapports humains . Une situation exacerbée par la déliquescence des structures étatiques  .

 Une histoire où les personnages apparaissent  telles des ombres auxquelles l’auteur a donné du relief dans ce Zaïnavire devenu Congo-fiacre . On affleure les frontières du réel, on flirte avec le mystère qui paraît séduisant . Et la poésie des mots transforme l’ensemble en une mélopée fantasmagorique .

 Acheté par ma moitié  et dédicacé pour elle à ce même salon en Aquitaine, et sans doute charmée par la beauté discrète et virile :fou:  de l’auteur .
 Apprécié dans la première moitié puis m’en suis éloigné à cause des méandres un peu trop fantasmagoriques de l’histoire .
 J’ai moyennement aimé,  mais peut être digne d’intérêt par la richesse de l’écriture et  l’originalité de cette fiction . Un constat amer, encore un, sur l'étatisme de ces indétrônables chefs d'états africains.

 FIN (provisoire) DE MA SERIE "AUTEURS AFRICAINS"
 [:siam33:9] passe que 1 ou 2 ça va ..... mais c'est quand y'en a beaucoup que  :x ..... :evil:

 :jap:

 Bonne année de lecture et bonnes découvertes  ;)

 Page :
1  10  20  30  40  41  42
Dernière Page
Page Suivante
Page Précédente
Première Page

Aller à :
 

Sujets relatifs
Vos 10 albums préférés ? vos jeux de mots préférés
Vos films préférés ! LOTR - Nouvelles à propos du film (et du livre par extension).
quel livre vous me conseillerai pour aprendre a réparez xp  
Plus de sujets relatifs à : [Livre]*Vos livres*

Les 5 sujets de discussion précédents Nombre de réponses Dernier message
Le dernier film que vous avez maté ? 3515
lisez vous le canard? PERQUISITION aujourd'hui!!!!! 30
Vous cherchez un emploi? 37
Le forum X² Board : suggestions, problèmes uniquement 1801